Logo SCMT
Bandeau de présentation
Media : Running
Sri Chinmoy Marathon Team : Courses d'Ultra Distance

Running : Mai 2004

TOUJOURS PLUS LOIN

Texte : Véronique Bellengier

De son regard discret et de sa placidité transparaît une mystérieuse sérénité. Mais il ne faut pas se méprendre. Unnatishil Bravo peut se targuer d'un riche cursus sportif, notamment dans les longues distances.

Débutant la course à pied il y a 24 ans maintenant suite à une rencontre incitative, Unnatishil Bravo parvient vite à s'épanouir dans l'effort solitaire au travers du Club Sri Chinmoy Marathon Team. Le parisien s’y investit rapidement pleinement, y trouvant la source de son équilibre, alliant au sport la méditation. « J'ai commencé à courir tous les jours. En 1980, je participe à mon premier marathon, après seulement trois à quatre mois d'entraînement », explique-t-il. Malgré un accident de voiture qui le plonge durant trois semaines dans le coma et en dépit d'une longue rééducation, Unnatishil reprend rapidement la piste. Il se remémore : « J'ai tout réappris et j'ai recommencé à courir pour, seulement un an plus tard, participer à un marathon au alentours de New York. » Dès lors, ce sont plutôt les ultra-distances qui obtiennent les faveurs du jeune homme. « Mon premier 100 km », se souvient-il, « a été celui d’Amiens. Le premier championnat de 24h, celui de Niort .» Mais désireux de se lancer de nouveaux défis, Unnatishil s'attaque sans cesse à des distances plus longues encore, sans pour autant parvenir toujours à son objectif : « En 2002, je voulais quelque chose de nouveau. Après réflexion, j'ai décidé de réaliser le six jours de New York. J'ai couru pendant deux jours et marché pendant quatre. C’était vraiment dur. S'en est suivie une période d'un mois de repos. » L'année suivante, c'est un dix jours qu'il amorce. Quatre-cinq jours de course entravés par des problèmes de périostite dont il dit être coutumier. Rien ne semble pour autant lui faire peur. Il participe à un ultra trio au cours duquel trois distances sont à accomplir : 1100 km, 1600 km et 2200 km dans un temps limité. « Le plus dur est de gérer son temps », précise t-il. Et le parisien avoue fermement qu'il n'est pas décidé à arrêter là. II rêve d'aller toujours plus loin : « quand on vieillit, on veut s'améliorer et comme ce n’est plus en vitesse, c'est en endurance. »

UN ORGANISATEUR AMBITIEUX

C'est aussi dans l'organisation d'épreuves qu'il aime s'investir, depuis 1981. « J'ai voulu apporter ma pierre dans cet univers sportif », explique-t-il dans un large sourire. « Il s 'agit d'une étape supplémentaire : le partage de mon expérience de coureur. » Après une première épreuve de 5 km organisée en 1981 au Bois de Boulogne, les ambitions de l'équipe organisatrice s'accroissent très vite. Le nombre d'épreuves est toujours plus important. D'une course par an au début, elles ont vite lieu plusieurs fois dans l'année. Unnatishil affiche même d'autres envies : « J'aimerais qu'il y aie des 3 000 m toutes les semaines », une distance qu'il affectionne particulièrement. Mais avant tout, il se plaît surtout à organiser des ultras grâce auxquels des liens forts peuvent être noués entre les sportifs. D'ailleurs, en juillet dernier, le 15e 100 km a été organisé, rassemblant 70 fondus de longues distances.

UN DEFI ATYPIQUE

En constante recherche de nouveauté, peut-être même d'originalité, le sportif ne manque pas d’imagination. Depuis le 29 février dernier, il poursuit un défi personnel, pour le moins atypique : réaliser 13 marathons en un temps réduit. « J’en ai réalisé un le dimanche, un autre le jeudi. puis durant trois semaines, les mardi, jeudi et dimanche. A ce jour (le 26 mars ndlr), 10 marathons ont déjà été parcourus. »Et ce ne sont pas les quelques douleurs ressenties depuis peu qui semblent entacher la détermination du coureur. Au-delà du défi, le plus surprenant est tout de même le lieu choisi pour le réaliser. Il s'agit tout simplement du trottoir qui jouxte l'arrêt du métro Richard Lenoir. Un circuit citadin donc, que le marathonien foule 44 fois. « Sans oublier les 87 mètres supplémentaires à parcourir pour faire exactement 42,195 km ». tient-il à préciser. Et à la question de savoir si le parcours ne lui paraît pas monotone parfois, il rétorque : « Urbain dans l’âme, je m’accommode aisément de courir en ville. Et à aucun moment je ne m'ennuie. La course est une discipline très proche de la méditation, dans laquelle on ne trouve jamais le temps long. » D'autant que ce défi constitue un bon entraînement pour les 6 jours de New York qui se déroulent du 2 au 8 mai. Et qu'en est-it de ses prochains objectifs ? A cette question, Unnatishil répond : « un 1000 miles ! Mais j'essaye déjà de franchir le 700 miles (1100 km) en douze jours. » Pour cela, le sportif accompli rappelle que tout dépend de son inspiration, clé de voute de sa motivation.

BIO-EXPRESS :
UNNATISHIL BRAVO

  • Né le 10 février 1958 à Paris
  • 1m77- 84 kg
  • Réside à Paris
  • Licencié
  • Première course officielle : Marathon de Paris en 1980
  • Il a réalisé près de 80 marathons (dont Hawaï, Rome, Paris…), 10 24h,
    3 48h, 10 100 km, 36 ultras.

Records personnels : 12mn 30s sur 3 000 m, 3h 15mn au marathon de Boston, 10h 59mn sur 100 km, 161 km parcourus en 24h, 205 km parcourus aux 48h de Cologne, 435 km parcourus aux six jours. 615 km aux dix jours et 800 km aux 12 jours.